400 ans d'expériences de pédagogie et d'accompagnement

Navigation

Actualité
Lycée

mai
20
2021

Concours d’éloquence – « On n’est pas sérieux quand on a 17 ans »

Le jeudi 20 mai après-midi, a eu lieu le premier Concours d’éloquence de l’établissement initié par les professeurs de Français de Première. Et quel événement ! Époustouflant, épatant, courageux, génial, etc… Bravo ! Après chaque passage, les exclamations furent nombreuses et les applaudissements sincères. 

Tous les élèves de Première ont été invités à participer, 9 candidats se sont portés volontaires. Les candidats ont concouru sur le thème « On n’est pas sérieux quand on a 17 ans », citation d’Arthur Rimbaud.

Le jury était composé de membre de la direction, du personnel administratif, de professeurs d’Anglais, d’Histoire-Géographie, de Physique et de Français afin de bien voir que la force de la parole, l’argumentation et l’art de convaincre est l’affaire de tous.


Extrait du discours d’ouverture par Mme Bénac, professeure de Français :

« Les mots plutôt que les maux » Aristote.
Les paroles plutôt que les souffrances ou les douleurs.
Et si le chemin de la parole
Et si l’éloquence 
Et si l’art de la communication
Devenaient l’arme la plus absolue entre nous, dans nos vies, dans le monde, entre les pays, alors peut-être la paix serait-elle possible.
C’est un rêve fou que de croire que parler est encore une solution.
C’est un rêve fou que de croire qu’apprendre les étapes du discours ancien a encore un sens aujourd’hui.
C’est un rêve fou que de constater qu’en 2021 des jeunes croient encore suffisamment à la parole pour oser participer à un concours d’éloquence.

Pourquoi l’éloquence aujourd’hui ? Pour être à l’aise à l’oral, pour se préparer aux oraux scolaires mais encore pour savoir se présenter pour un futur entretien d’embauche, pour que plus tard, communiquer soit un pont entre les uns et les autres, afin de mieux se comprendre, comprendre les objectifs à atteindre, afin d’être plus performant.

En tout cas, ce qui nous réunit c’est le goût de la parole, le goût des mots, la recherche de la nuance et du mot juste. Parler n’est pas naturel pour tout le monde, surtout en public, cela fait peur. Que va penser l’autre ? et si je panique ? et si je ne trouve plus les mots ? La parole : elle s’apprivoise, elle se respecte, elle se maitrise. La parole est un risque. Mais la vie n’est-elle pas un risque ?

Les candidats qui ont pris la parole ont OSÉ. Ils auraient eu beaucoup d’excuses. Or, tels des athlètes avant un match, il se sont entrainés, motivés, lancés, peut-être même que « 20 fois sur le métier ils ont remis leur ouvrage ». Ils sont là ! Courageux, sportifs, décidés, prêts à relever le défi !

Bertrand Perier écrit dans son livre « la parole est un sport de combat » : « dans un concours d’éloquence, il n’y a que des gagnants car tout le monde a au moins gagné le combat contre la peur ». Alors merci à ces candidats !

Acteurs, spectateurs, auditeurs – en présentiel ou en distanciel – nous voulons vivre ensemble un instant magique, solennel, presque sacré car le mot, dit Vitcor Hugo « le mot est le passant mystérieux de l’âme ».

Chers candidats, dites-nous si l’ « on n’est pas sérieux quand on a 17 ans » !


Un concours réussi que les élèves ont pris au sérieux. Arthur Rimbaud, lui, était d’accord avec nos jeunes. Il voulait être pris au sérieux et être libre mais ne voulait pas se prendre au sérieux !

Après un temps de délibération le jury a proclamé les résultats. Mais qu’importe ! Ils ont tous gagné et peuvent être fiers de leur participation, de leurs arguments, de leur engagement et de leur force de conviction…


À eux de conclure ainsi :

« Par mon expérience, j’ai compris que j’allais devoir prendre des risques dans la vie. Que la résilience et la curiosité pourraient être mes plus grandes qualités. J’ai compris que je ne voulais pas être sérieuse. J’ai compris qu’on était pas sérieux quand on a 17 ans. Et HEUREUSEMENT ! » 
Juliette B.

« Le sérieux n’est pas une question d’âge et puis «  À quoi bon prendre la vie au sérieux puisque de toute façon nous n’en sortirons pas vivants ? » 
Martin R.

« Finalement, qu’importe votre âge, le sérieux ne vous attend pas, votre avis il ne demande pas, il vient vous chercher sur votre passage. Par conséquent, profitez tant qu’il est encore temps ! Vous avez encore 17 ans. » 
Margaux K.

« On ne peut pas dire que l’on est pas sérieux quand on a 17 ans car l’âge ne fait pas tout. Et comme le disait Volontaire, sans trop de sérieux justement, « Je ne connais de sérieux ici-bas que la culture de la vigne ».
Matthieu C.

« Certaines personnes pensent que nous sommes sérieux à 17 ans, d’autres à 40 ans, d’autres jamais. C’est la raison pour laquelle le moment où le rencontrez importe peu. Il faut profitez du moment présent. Moralité : je ne sais pas si l’on est sérieux quand on a 17 ans, mais qu’importe, je n’ai que 16 ans pour l’instant ! » 
Laurine D.