400 ans d'expériences de pédagogie et d'accompagnement

Navigation

Actualité Elémentaire
Célébrons Noël
wp5_date : 2019-02-07
post_date : 2020-12-21
wp5_post : wp5_post_oui

décembre
21
2020

Voici des photos ainsi qu’un extrait du texte lu lors de la célébration du cycle 2 et 3 :

« […] Au milieu des décorations, les enfants remarquent quatre belles bougies dont les flammes brillantes dansent pleines de vie et semblent tenir conversation…

La flamme de la paix dit : « Moi, je suis la lumière de la paix, et je me demande pourquoi je brûle ? Qui croit encore en la paix ? Regardez ces guerres, partout… Ces gens innocents qui meurent… Regardez ces violences à l’école… Regardez ces disputes à la maison… Je suis la lumière de la paix et je ne sers à rien ! » Et la flamme de la paix a commencé à baisser, jusqu’à s’éteindre complètement.

La deuxième flamme prit aussitôt la parole « Moi, je suis la lumière de l’amour et je me demande aussi si je vais continuer à brûler. Aujourd’hui, les gens s’enferment et ne pensent qu’à eux… Leur seule lucarne, c’est l’écran de télé ! Là, ils voient bien qu’il y a plein d’enfants qui n’ont pas à manger ou qui souffrent ; ils voient aussi, d’un œil distrait, les reportages sur les personnes seules et sur les gens à la dérive… Ils voient tout cela mais ils restent assis dans leurs fauteuils… Ils ne font rien… Ils ne bougent pas le petit doigt. Et moi, je vis pour être donnée, pour être partagée… Alors à quoi bon vivre, à quoi bon continuer à brûler ? […] » Et, sans plus attendre, l’Amour s’éteignit.

La troisième bougie de Noël prit la parole « Moi, je suis la lumière de la foi. Cela fait des années que je dis : « Ayez confiance en Dieu ! Il est là avec nous ! Il peut nous accompagner, nous épauler, nous porter… » Mais qui croit en ces paroles ? Qui a confiance en Dieu ? Qui s’appuie sur Lui ? Je crois que, moi aussi, je suis inutile… […] » A peine la Foi avait-elle fini de parler, qu’une brise souffla sur elle et l’éteignit.

Il ne restait plus qu’une flamme et les enfants étaient devenu tristes parce que la belle table de Noël était presque dans l’obscurité. Les enfants dirent à la dernière flamme : « Alors, toi aussi tu vas t’éteindre ? » Seule, mais plus vive que jamais, la quatrième flamme, la flamme de l’espérance lui répondit : « Non ! Je veux continuer à briller ! Toujours ! Je suis la lumière de l’espérance… C’est moi qui vous permets de tenir pendant les moments de tristesse, de découragement. Je suis la lumière qui jaillit dans la nuit, dans le doute, dans le froid, pour illuminer les terres humaines. Je suis le petit enfant de Bethléem qui sème et qui sème encore, et qui rallume toutes les vies éteintes… Et je serai toujours là ! »

Les enfants comprirent que la flamme espérance pouvait redonner vie à toutes les autres flammes, mais que cela impliquait un engagement dans leur vie.  Alors, la quatrième bougie prit la parole : « N’ayez pas peur, tant que ma flamme brillera, nous pourrons allumer les autres bougies, vous savez, je suis « l’Espérance ! » Alors, avec des yeux brillants, les enfants prirent la bougie de l’Espérance… et, une à une, ils rallumèrent toutes les autres.

Que l’Espérance ne s’éteigne jamais en nos cœurs et que chacun, chacune de nous puissions raviver les flammes de l’Espérance, de la Foi, de la Paix et de l’Amour !