400 ans d'expériences de pédagogie et d'accompagnement

Navigation

Notre-Dame dans l’histoire
1817-2017 : 200 ans !

En 1815, le Conseil Municipal avait signé une délibération mentionnant le besoin de restauration religieuse ; l’œuvre de formation chrétienne de la jeunesse s’imposait comme œuvre de première nécessité d’autant que, de tous côtés, on réclamait le retour des Congrégations religieuses.

Les Ursulines et les Clarisses ne devant pas reprendre dans la ville leurs œuvres brisées par la Révolution, ce fût l’ordre de Notre-Dame, déjà établi à Toulouse qui fût sollicité pour former à Pamiers une maison d’éducation pour les jeunes filles.

« Le 16 octobre 1817, à six heures du soir, les filles de Notre-Dame furent reçues au son de toutes les cloches, par une foule innombrable d’habitants qui leur fit escorte jusqu’au couvent déjà envahie par les amis de la fondation. Sur le seuil apparut aussitôt une gracieuse enfant de 13 ans, tenant un flambeau allumé de chaque main. Elisabeth FIGARD ne détachait point ses yeux et son sourire de Mère du Terrail ; celle-ci, à son tour, jette un long regard de tendresse sur l’adolescente. Le soir même, M. et Mme FIGARD, présentaient leur fille à la restauratrice : elle fût la première élève pensionnaire du couvent. »

Le 17 octobre 1817, le couvent des Cordeliers ouvrit ses portes et huit religieuses venant de Toulouse y furent solennellement accueillies.

Aujourd’hui, par un regard plein d’espérance sur la vie et sur les jeunes nous éduquons dans un climat de confiance et dans l’esprit de l’Evangile. Fidèle à l’héritage reçu de notre fondatrice nous invitons chaque jeune à donner le meilleur de lui-même.

200 ans plus tard, cette flamme éclaire toujours notre établissement et nous sommes heureux d’en célébrer l’anniversaire !

24 décembre 1815

Délibéré du conseil Municipal de Pamiers
Demande de la fondation d’une maison religieuse pour l’éducation des jeunes-filles

Mai 1817

Mme DUTERRAIL, restauratrice en France de l’Ordre de NOTRE-DAME, fondée par Jeanne de LESTONNAC rachète à Mme Marie-Anne DUBOIS, le Couvent des Cordeliers qui (chapelle et jardin exceptés) avait été vendu aux enchères comme bien national en mai 1791 ; et les deux chrétiens de Pamiers, Messieurs LAFAGE et PEYRE qui avaient acheté l’église en février 1792 en font don à la communauté religieuse.

Octobre 1817

Ouverture de l’école dans le Couvent des Cordeliers.

23 septembre 1831

Mme DUTERRAIL cède ses droits sur le couvent à Mme D’ARBOUSSIER supérieure de Pamiers.

1842

Reconnaissance par l’Etat du Couvent NOTRE-DAME à titre d’utilité publique ; la Communauté devient légalement propriétaire des locaux sous tutelle de l'Etat pour un bail de 52 ans.

1842-1904

Sur la terrasse, du côté du canal, prolongement du bâtiment principal sur ses deux ailes.

Au premier étage, le long de la chapelle, aménagement d’un vaste dortoir.

1897-1898

Restauration de la chapelle ; construction d’une voûte à caisson où les attributs de la Vierge, sous le pinceau d’un jeune artiste appaméen, chantaient les louanges de MARIE.

1901-1902
4 juillet 1904

Loi qui interdit aux Congrégations d'enseigner.

4 juin 1907

Ordre de fermeture du couvent

Octobre 1907

Mademoiselle JOUCLA [Madame SAINT-PIERRE] s’installe avec ses élèves rue Sainte-Claire dans un immeuble qui devient Pension FENELON.

27 janvier 1909

Le couvent et la chapelle, mis en vente aux enchères, sont achetés par des amis de NOTRE-DAME.

Octobre 1909

Retour à la « Maison », remise à la disposition des religieuses par les nouveaux propriétaires.

1942

Le cours complémentaire Pension FENELON devient officiellement établissement secondaire et reprend le nom de Pensionnat NOTRE-DAME.

1959

Contrat simple

1967

Inauguration côté ouest, d’un bâtiment en béton entre les deux ailes de la maison, fermant ainsi l'espace du cloître ; au premier étage, laboratoire ; au deuxième étage, deux classes : première et terminale.

Chauffage central au mazout.

Mixité en Terminale.

Septembre 1968

Mixité en Première.

Septembre 1969

Mixité en Seconde.

Années 1970

Côté sud, aménagement d’une cuisine qui empiète sur l’entrée par la rue du Portail rouge. L’élargissement de cette rue entraine la disparition du grand mur de briques et de galets et celle des cerisiers qui la bordaient.

Le jardin potager cède peu à peu la place aux jeux pour les enfants de la Maternelle, puis aux équipements sportifs.

Une rangée de platanes de la cour côté bâtiment, trop ombrageux pour les classes est abattue.

Années 1980

Le bâtiment principal est modifié dans sa structuration interne par la création d'un niveau intermédiaire entre les deux niveaux existants puisque le rez-de-chaussée était suffisamment haut. De nouvelles ouvertures sont ainsi percées en façade et de nouvelles salles sont créées.

1982

Aménagement dans l’ancienne « garde-robe » du dortoir moyen et le prolongement du plancher à mi-hauteur du grand couloir du rez de chaussée d’une salle de documentation.

Le nombre des élèves augmente.

Les primaires s’installent dans l’aile qui donne Place des Cordeliers.

Les pièces et les anciennes chambres du grand couloir au premier étage sont occupées par le Collège et le Lycée.

La hauteur démesurée de la grande salle d’étude est divisée pour obtenir deux salles supplémentaires ; celle du rez de chaussée fut réservée à la Technologie.

Construction du gymnase dans la Chapelle.
Le mauvais état d'une poutre maîtresse en nécessita la démolition ; une structure en béton, située à mi-hauteur du vaisseau la remplace. Les décors des murs, sur la partie inférieure, ont été dissimulés par une double cloison. Ainsi l'espace principal devint une salle de sport pour l'école. La claustra située derrière le chœur est conservée en l'état mis à part l'autel qui fut démantelé. Au-dessus de la chape de béton, les décors des murs sont conservés en partie, on aperçoit également une partie de l'ancienne claustra constituée en treillis de bois. Une partie toutefois de la longueur a été fermée.

1986

Equipement en informatique de la « salle à manger » des professeurs, près du grand réfectoire des élèves.

8 décembre 1988

Bénédiction par Mgr. De MONLEON de la nouvelle chapelle, en haut de la maison dans une partie du vieux grenier.

En ce qui concerne les dortoirs, ceux des 6°/5°sont situés au- dessus de la cuisine, ceux des 4°/3°au premier étage au bout du grand couloir et ceux des lycéennes, à gauche du milieu du grand escalier (actuelle salle des professeurs).

1989

Mixité au Collège

Années 1990

Sous la direction de Sœur Monique, de nombreux travaux sont réalisés 

La construction d’un nouvel internat dans les greniers, inauguré en 1996, va libérer beaucoup de place. Une partie de l’ancien dortoir des 4°/3° est transformée en 3 salles de classes et un C.D.I

Le départ du Primaire dans les salles jouxtant la cour va permettre de remodeler le lycée.

Côté Place des Cordeliers, une grande salle d’études est aménagée sous les toits ; un escalier et une ouverture permettent un accès direct aux laboratoires.

A droite du grand couloir d’entrée, réalisation d’un escalier pour accéder à de nouvelles classes et à une salle d’étude.

L’entrée de l’établissement est modifiée.

Le pôle administratif est réorganisé au rez- de- chaussée à gauche de l’entrée.

Années 2000

Fermeture de l’internat.


Le 20 octobre 2017 nous débuterons cette journée festive avec nos élèves afin de leur faire découvrir la vie de leur établissement au fil de l’histoire.

A partir de 14h nous serons heureux de vous accueillir : anciens élèves, amis de l’Ecole, anciens professeurs ou personnels…

Vous souhaitez raviver vos souvenirs, pousser des portes jusqu’alors fermées, retrouver vos anciens camarades… Nous vous proposons de venir redécouvrir votre école grâce à des visites guidées. A 16h30, revivons la traditionnelle procession vers l’église du Camp où nous célébrerons la messe de nos 200 ans.

Et enfin nous nous retrouverons pour un apéritif-spectacle à partir de 18h30 au gymnase.

Si vous souhaitez participer à cette après-midi, vous voudrez bien contacter l’établissement. Aucun accès ne sera permis ce jour-là sans inscription préalable et carton d’invitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *